Réactions internationales à l´expulsion de Palestiniens

Source: CCTV.com | 08-04-2009 14:00

Taille du texte: T+ | T-

Voir la vidéo

La police israélienne a expulsé deux familles palestiniennes de leur domicile dimanche matin, malgré les pressions exercées par les Etats-Unis, principal allié de l'Etat hébreu, qui demandent le gel des colonies. La démarche israélienne a été condamnée par les pays arabes, l'Union européenne et les Nations-Unies.

Le coordonnateur spécial de l'Onu pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, a exprimé sa déception face à l'intervention israélienne.

L'envoyé spécial a rendu visite aux familles évacuées, qui logent maintenant dans une tente près de leurs maisons.

Robert Serry

Coordonnateur spécial de l'Onu

Je suis ici maintenant pour montrer mon soutien personnel à ces familles.

A Ramallah en Cisjordanie, le négociateur palestinien Saëb Erekat a exhorté Israël à annuler les ordres d'expulsion.

Saëb Erekat

Négociateur palestinien

Nous avons eu des contacts avec la communauté internationale, avec les Américains, avec d'autres membres du quartette. Et nous les pressons d'amener le gouvernement israélien à révoquer ces ordres et à mettre fin aux actions de colonisation, y compris pour la croissance naturelle et de cesser de dicter leur volonté.

Côté américain, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton

a réagi à la démarche d'Israël, lors d'une rencontre avec son homologue jordanien à Washington.

Hillary Clinton

Secrétaire d'Etat américaine

Ces actes sont profondément regrettables. J'ai dit par le passé que l'expulsion de familles et la démolition de maisons à Jérusalem-Est était contraire au respect par Israël de ses obligations. Et j'invite instamment le gouvernement d'Israël et les responsables municipaux à éviter de tels actes de provocation. Les deux parties ont comme responsabilité d'éviter tout acte de provocation pouvant nuire à un accord de paix global. Des mesures unilatérales, prises par l'une ou l'autre des parties, ne peuvent présumer de l'issue des négociations et ne seront pas reconnues comme modifiant le statu quo.

Il y a deux semaines, le Département d'Etat américain a convoqué l'ambassadeur israélien à Washington pour lui dire que la construction prévue de 20 autres logements pour des Juifs à Jérusalem-Est devait être suspendue.


Rédacteur: Mi Jindie