Le bilan des émeutes de la clique du Dalaï Lama monté de toutes pièces

Source: | 04-08-2008 10:21

Taille du texte: T+ | T-

Le Bureau de la sécurité publique de Lhassa a fait savoir que le bilan des morts établi par la clique du Dalaï Lama après les troubles à Lhassa et dans d'autres régions peuplées par des Tibétains avait été inventé de toutes pièces. Le 25 mars, la clique du Dalaï Lama avait publié une liste de noms qui s'est avérée truffées d'erreurs après enquête.

Le Bureau de la sécurité publique de Lhassa a découvert que cinq personnes dont les noms et les adresses détaillées figuraient sur la liste étaient encore en vie ou n'existaient pas.

Les 35 autres personnes, quant à elles, sont introuvables car la clique n'a pas donné de détails sur leur lieu de résidence. Par ailleurs, le bilan des morts du Dalaï Lama n'inclut pas les 18 civils et le policier tués à Lhassa par les émeutiers le 14 mars.

La clique du Dalaï Lama a annoncé la mort de Lobsang Tsepel, âgé de 31 ans et habitant au monastère de Sera. Après enquête, la police l'a retrouvé. Il a en fait 36 ans et est toujours en vie.

L'enquête montre également que les 12 personnes répondant au nom de Ngodup à l'Université du Tibet sont toutes présentes sur leur lieu de travail. La clique du Dalaï Lama avait pourtant annoncé la mort de l'un d'eux âgé de 28 ans.

Une bonzesse du couvent de Garu nommée Lobsang Doma et âgée de 39 ans est bel et bien en vie. La clique du Dalaï Lama lui donnait 23 ans et avait annoncé sa mort.

Aucune personne ne répond au nom de Rigzin Choenyi au couvent de Shugseb de Lhassa. Deux personnes s'appellent bien Rigzin mais elles sont en vie.

L'enquête révèle qu'aucune personne ne se nomme Ngawang Theckchen au monastère de Taklung Drak.

Le bureau de police de Lhassa a déclaré que ce bilan des morts est contradictoire, fabriqué de toutes pièces et a pour but de semer la confusion.

Le ministère chinois de la Sécurité publique a fait savoir qu'il avait rassemblé suffisamment de preuves démontrant que les émeutes du 14 mars à Lhassa non sont pas un événement isolé et sont le fait du "Mouvement de soulèvement du peuple tibétain" dont les cerveaux sont le Dalaï Lama et sa clique.

Long Mai, CCTV.

 


Rédacteur: Liu Xinyan