Des résidents étrangers condamnent les émeutes 

Source: | 03-25-2008 09:58

Taille du texte: T+ | T-

Des centaines d'étrangers vivent dans la ville de Lhassa. La plupart d'entre eux ont vécu des expériences effrayantes le jour des émeutes. Notre journaliste Xu Zhaoqun a rencontré quelques uns d'entre eux. Ils ont volontiers raconté ce qu'ils ont vu et ce qu'ils ont ressenti pendant les troubles.

Le 14 mars, Tony Gleason, sa femme et son fils âgé d'un an déjeunaient tranquillement avec des amis dans le centre de Lhassa quand soudain on leur a demandé de quitter le restaurant. Les émeutes avaient déjà commencé à l'extérieur. Ils ont vu la foule des émeutiers lancer des pierres.

Tony Gleason, Directeur de la Fondation pour la réduction de la pauvreté au Tibet

"A ce moment là, ma femme était terrifiée juste parce qu'elle avait placé le bébé à l'arrière de la bicyclette pour le protéger. J'étais à côté d'elle pour la protéger ainsi que le bébé des jets de pierre."

Travaillant pour une ONG, Tony Gleason vit à Lhassa depuis 3 ans. Il a été le témoin du développement rapide de la ville et n'est pas dans la capacité de comprendre pourquoi ces gens ont eu un tel comportement.

Tony Gleason, Directeur de la Fondation pour la réduction de la pauvreté au Tibet

"C'était vraiment très étrange... Tout a commencé très vite et s'est propagé très rapidement, au Nord de notre hôtel, sur les routes ... c'était vraiment très étrange..."

Tony a déclaré ne pas être capable de comprendre ce qui se cache derrière ces actes insensés. Il s'exprime cependant clairement et definitivement contre.

Tony Gleason, Directeur de la Fondation pour la réduction de la pauvreté au Tibet

"Non, la violence ce n'est pas bien... La violence, c'est mal...J'ai parlé un peu de ça avec mes collègues. Je suis rentré directement à la maison et fermé le loquet pour mettre ma famille à l'abri."

Un Népalais propriétaire de magasin au marché de Barkor a survécu aux émeutes mais il est maintenant terrifié. Pire, son magasin a dû fermer pendant quelques jours.

Ratna Kumar Tuladaar, Propriétaire de magasin népalais

"J'ai vu des gens mettre le feu aux magasins en face du mien. Ils ne veulent pas nous laisser faire du commerce. Cette rue est la plus touchée. J'espère que mes affaires reprendront de la vigueur le plus vite possible."

Ces deux résidents étrangers ont déclaré que les émeutes ont eu un lourd impact sur la ville. Mais ils sont optimistes quant à la rapidité des réparations et le retour de la croissance dans un futur proche.

Xu Zhaoqun, CCTV


Rédacteur: Baiyun