Dalian Ⅱ -centenaire Lüshun
cctv.com 05-06-24 16:14 

Nous, Lüshun et Dalian, sommes des frères jumeaux. Quel est notre destin? Deux voisins puissants ont ravagé maintes fois nos 2 villes. Nous sommes 2 mottes de boue sous les pieds des bandits. La mère, le temps est venu de notre retour. Tu dois nous amener le plus vite possible à la maison. Comme tes fils pensent à toi ! La mère, nous voulons y retourner, la mère.

Il s’appelle Zhou Xianglin, il habite dans l’arrondissement de Lüshunkou de la ville de Dalian. Il y a plus de 20 ans, M. Zhou Xianglin, alors étudiant de littérature, s’est attaché à l’histoire locale. Il s’est souvent renseigné en cherchant dans des livres historiques. M. Zhou a recueilli des informations et a consulté les témoins concernés. Zhou Xianglin, actuellement à la retraite, a fréquenté l’unité où il avait travaillé auparavant. Récemment, avec l’aide de quelques amis qui nourrissaient le même idéal, il a projeté de lancer un album reflétant l’histoire de Lüshun.

Lüshun se situe à l’extrêmité méridionale de la péninsule de Liaodong. Elle est séparée de la ville de ‘Yantai’, au Shandong, par la mer. La distance entre les deux lieux est de 87 mille marines. C’est une petite ville du littoral caractérisée par sa beauté, sa propreté et son calme. Cependant, il y a 100 ans, Lüshun a beaucoup souffert à cause de la guerre.

En 1880, à l’invitation du ministre de la dynastie des Qing Li Hongzhang, chargé de la construction de la flotte du Nord, un capitaine d’artillerie allemand nommé Hanague était arrivé à Lüshun où il a supervisé les travaux du projet de construction des batteries côtières.

Tirant la leçon de la défaite de la 2ème guerre de l’Opium, le gouvernement de la dynastie des Qin a pris conscience de l’importance de la défense maritime et a ordonné au ministre Li Hongzhang d’élaborer un projet sur ce sujet. M. Li a décidé de fonder une nouvelle flotte du Nord et de construire des ports militaires et des batteries terrestres à Lüshun et au Shandong.

En 1885, le gouvernement des Qin a acheté plusieurs canonnières étrangères dans le but de renforcer la flotte du Nord. Pour favoriser l’entretien de ces canonnières , Li Hongzhang a encore construit un dock à l’intérieur du port de Lüshun. Ce dock est 132 mètres de long, 40 mètres de large et 12 mètres de profond. Durant la période de plus de 60 ans qui suit son achèvement, le dock était toujours le plus grand de l’Extrême-Orient.

Pour les installations annexes du dock, Lüshun a construit des lignes de chemin de fer et une usine de réparation des navires. En outre, dans cette ville ont été installés des générateurs et ont été posés des conduits d’eau courante.

Zhou Xiangling, ancien chef du musée de la prison nippo-russe de Lüshun

En 1880, au début de sa gestion du port de Lüshun, le gouvernement des Qin a envoyé un groupe de prospecteurs dans cette région pour y chercher des ressources en eau douce. Il a fini par y trouver de l’eau douce. Le gouvernement des Qin a décidé alors de transporter de l’eau depuis cette région jusqu’à la mi-côte du mont « Huangjin » par l’intermédiaire de conduits souterrains. A la mi-côte de ce mont devaient être construits un réservoir d’eau et un centre de distribution de l’eau en vue de l’approvisionnement exclusif du dock du port militaire.

En 1890, dans le port militaire de Lüshun, plus de 20 cannonières de type nouveau avaient été mouillées plus de 20 canonnières, ( dont notamment Dingyuan, Zhengyuan et Jiyuan. En même temps, ) on a construit 5 batteries sur le mont « Huangjin » et sur le mont « Chengtou », tous les deux baignés par la mer, auxquels le port de Lüshun fait face .on a construit également 7 autres sur les monts « Anzi », « Erlong » et « Dongjiguan », situés un peu loin de la mer. De plus, sur la baie de Dalian, il y avait plusieurs batteries. Ces batteries sont devenues la ligne de défense périphérique septentrionale de Lüshun.

Le Japon fait face à la péninsule de Liaodong par la mer. Pendant la période de l’expansion des armements de moins de 10 ans, le Japon avait disposé d’une marine composée de plus de 30 canonnières. Il a armé ses troupes terrestres avec des fusils modernes dans le but de déclencher une guerre d’agression contre la Chine et la République populaire démocratique de Corée.

En avril 1894, Li Hongzhang a passé en revue pour la deuxième fois la flotte du Nord et a mené une tournée d’inspection dans la région militaire de Lüshun et de Dalian. Il en a été très satisfait. Dès lors, selon lui, la flotte du Nord, positionnée face à la mer à l’est, serait complètement capable de garder la ligne de défense frontalière de 1000 km allant de Shengyang du Liaoning au Nord à Qingdao du Shandong au Sud. Cette ligne de défense serait indestructible. Dieu sait, 3 mois après la rencontre entre M. Li et la marine japonaise, celle-ci a attaqué par surprise la flotte du Nord. Le premier aoüt de la même année, la Chine a déclaré la guerre au Japon. Commençait alors la fameuse guerre sino-japonaise de 1894.

En raison de la faiblesse du gouvernement des Qin et de la peur de mourir de certains officiers et face à l’attaque de l’armée japonaise munie d’équipements militaires perfectionnés, les lignes de défense maritime et terrestre à Lüshun et à Dalian ont été complètement détruites. Le 21 novembre 1984, après son occupation de Lüshun, l’armée japonaise a commis un massacre de grande envergure pendant 3 jours et 4 nuits. Ce massacre inhumain a coûté la vie à près de 20 000 habitants de cette ville.

C’est une photo des actualités de l’époque prise par un journaliste japonais. Comme d’autres photos d’actualités, elle a été interdite par le gouvernement japonais pendant plusieurs dizaines d’années.

Zhou Xiangling, ancien chef du musée de la prison nippo-russe de Lüshun

Au printemps 1895, les cadavres ont commencé à pourrir. A ce moment-là, les troupes japonais ont capturé plus de 80 survivants à Lüshun. Ces derniers, larmes aux yeux, ont divisé ces cadavres en 3 groupes : le premier concentrée à l’est du cimetière « Wanzhong » ; le deuxième dans la vallée de « Lingnanhua » ; et le troisième sur le flanc oriental du mont « Huangjin ». Après l’incinération des cadavres, leurs cendres ont été enterrés sur le flanc oriental du mont « Baiyu », qui était auparavant une colline converte de tombes. En 1896, après le retour de l’armée des Qing à Lüshun, selon la demande des habitants locaux, un fonctionnaire du gouvernement des Qing nommé Gu Yuanxun a écrit 3 caractères chinois: « Wan Zhong Mu » sur la stèle funéraire, la première érigée dans le cimetière de « Wanzhongmu ». Depuis , ce dernier est devenu un témoin historique qui permet à la population de Lüshun de ne jamais oublier l’histoire de Lüshun et de ses prédécesseurs.

A propos de nous . Recevoir la chaîne . Nous contacter Xinhua . Le Quotidien du Peuple . CRI . China.org.cn
Copyright © 2005 China Central Television. , All rights reserved.